Hyperhydrose : transpiration excessive

Pourquoi transpirons-nous ?

La transpiration est un des moyens de régulation thermique de l’organisme. Il existe, dans le cerveau un centre qui régule la transpiration du corps. Les facteurs qui l’influencent sont : l’activité physique, la fièvre, l’obésité, l’anxiété, le stress, l’alcool, les piments, certaines maladies telles que les dysfonctionnements de la thyroïde ou le diabète. Anamnèse, examen clinique et bilan sanguin permettent d’éliminer ces pathologies. Une transpiration excessive peut également être le signe d’un déséquilibre général de l’organisme ou l’expression d’une émotivité interne.

Notre corps possède 2 types de glandes sudoripares:

Les glandes eccrines : réparties sur la peau de tout notre corps mais plus nombreuses au niveau des plis axillaires, elles sécrètent la sueur.

Les glandes apocrines : localisées dans les plis inguinaux, les plis axillaires, ainsi que la région génitale, elles sécrètent une sueur responsable de notre odeur corporelle.

De plus, lorsqu’elle est produite en quantité excessive, la sueur peut très vite devenir embarrassante, pour soi et pour son environnement direct, par l’odeur qui lui est liée. La transpiration est un phénomène tout à fait naturel et son odeur est liée à la présence sur la peau de bactéries (non pathogènes) dont le développement donne à la sueur son odeur caractéristique. Même une hygiène parfaite ne permet pas toujours de résoudre ce problème. 

Des paumes de mains humides peuvent suggérer le malaise ou le manque d’assurance, à mauvais escient. Des aisselles ou des chaussettes humides peuvent procurer une certaine gêne… Or, on estime aujourd’hui qu’une personne sur cent souffre de ces problèmes.

La transpiration excessive est due à une surproduction de sueur des glandes sudoripares, situées généralement au niveau des aisselles, des paumes des mains, des pieds ou encore du visage.

Que peut-on faire ?

Pour le corps en général: se laver 2 fois par jour et après toute sudation, éviter l’abus d’alcool et d’épices, éviter le surpoids et essayer de gérer le stress. Des médicaments existent (atropine et dérivés) dont les effets secondaires entravent l’usage. Pour les plis axillaires : l’épilation, les déodorants, les antiperspirants à base de sels d’aluminium sont les premiers moyens à mettre en Å“uvre. Aujourd’hui, toutefois, certaines études scientifiques remettent en cause les produits à base d’aluminium.

Pour les mains : l’iontophorèse peut aider.

Pour les pieds : des bains dans une solution de glutaraldéhyde (10%) sont effectivement efficaces, mais laissent une coloration brunâtre sur les zones immergées

Rappelons que les pieds transpirent en toute situation mais c’est le port de la chaussure qui favorise la multiplication bactérienne qui est à l’origine d’une odeur plus tenace.

Une solution médicale existe pour traiter ces patients: ces glandes sudoripares peuvent être temporairement paralysées par de petites injections de toxine botulique ( BOTOX©,DYSPORT©,VISTABEL©,AZZALURE© ). La production de sueur diminue alors très nettement, permettant de retrouver un réel confort et bien-être.